Bactéries résistantes : découverte essentielle par une équipe de l’UCL

Share
Print Friendly, PDF & Email

Il y a moins d'un siècle que les antibiotiques chimiques ont été découverts (Alexander Fleming découvrit la pénicilline et l'isola en 1928 mais ce n'est que 10 ans plus tard qu'une équipe d'Oxford parvient à produire une forme stable de la pénicilline, ce qui sera le point de départ de son utilisation à grande échelle) et sont utilisés. Leur utilisation massive, pas toujours indiquée ou mal utilisée, a entraîné une évolution chez de nombreuses  bactéries qui ont développé des 'stratégies de résistance' aux antibiotiques censés les tuer/détruire. La conséquence est que l'arsenal disponible pour contrer les infections dues à certaines bactéries se réduit de jour en jour et on pourrait bientôt se retrouver dans une situation 'pré-1928' si rien n'évolue rapidement.

C'est dans ce cadre qu'une équipe de l'Université catholique de Louvain (UCL), plus spécialement de l'Institut de Duve, menant des recherches sur les mécanismes de défense des bactéries, est récemment parvenue à comprendre le processus. Cette découverte ouvre de nouveaux horizons car elle pourrait conduire à de nouveaux traitements même face à ces bactéries résistantes, en 'bypassant' le système d'alerte mis en place par celles-ci et qui leur permet de se défendre.

Cette découverte devrait permettre de résoudre un problème majeur de santé publique.

Cette recherche, publiée par la prestigieuse revue scientifique Cell, a été menée à l’Institut de Duve de l’UCL, par une équipe internationale (Corée, Pologne, Liban, France, Belgique) d’une dizaine de microbiologistes et biochimistes, en collaboration avec un groupe du European Molecular Biology Laboratory (EMBL, Allemagne).

 

http://www.uclouvain.be/503892

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *